Informations:

 

Santana Éditeur est une petite structure artisanale créée par contrainte par un auteur confronté des années durant aux refus systématiques des éditeurs belges et français de publier ses travaux.

 

S’il y eut beaucoup de réponses standardisées, sans le dévoiler ouvertement nombres d’éditeurs à compte d’éditeur y ont parfois évoqués leurs raisons, pas toujours honnêtes, comme par exemple leur trop petites productions, la dangerosité financière, leurs catalogues complets pour les deux années à venir, voire que les textes n’entraient pas dans leur ligne éditoriale. Mon œil…!

 

D’autres ont carrément émis l’argument du manque de notoriété de l’auteur ou de son isolement du monde littéraire, médiatique ou des réseaux sociaux. L’un d’entre eux, après avoir refusé - sans oser demander directement de l’argent - quelques temps plus tard lorsqu’un ami de l’auteur lui suggéra la publication du même texte, il répondit qu’il acceptait contre un paiement.

 

La palme du cynisme revient à celui ayant admis la qualité d’un texte, mais que l’auteur ne fait pas « partie de mon sérail ».

 

Manuscrits:

 

Comme prévu en 2020 lors de la création de Santana Éditeur, en septembre 2022 sera édité à compte d’éditeur un roman de littérature générale d’un auteur choisi parmi les manuscrits reçus. SVP, n’envoyez pas des polars, des fantastiques, ni des autobiographies, ni de la science-fiction, ni un livre de jeunesse, ni une BD, ni un beau-livre.

Le manuscrit doit être dactylographié avec un minimum de 220.000 caractères espaces compris.

Le texte en PDF est à envoyer à santanaediteur@scarlet.be

Une version papier sera demandée en cas d’un intérêt particulier.

 

Sachez qu’au regard de la présente situation de la structure, le premier tirage sera limité à 300 exemplaires, que Santana Éditeur cherche toujours un diffuseur, une reconnaissance auprès de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB), que la distribution est organisée par l’éditeur, lequel compte sur la bonne volonté des libraires.

 

Santana Éditeur a introduit auprès du Ministre de la Culture une demande pour que la FWB modifie sa chartre de manière à obtenir une reconnaissance nationale des petites structures éditoriales créées par des auteurs ayant obtenu un numéro d’éditeur, permettant ainsi d’être référencé dans les revues officielles à destination des libraires, des bibliothèques et de l’enseignement.